Pour réformer le secteur social

La FGD considère la réforme des conditions sociales une priorité principale et souligne que la crise sociale que nous vivons dans notre pays est structurelle et  menace la cohésion et la stabilité communautaire à cause des disparités concernant les  revenus, les dépenses, le chômage,  l’augmentation de la pauvreté, la marginalisation et les manifestations de l’injustice sociale. A cet effet, la FGD insiste sur:

• Les réformes politiques profondes qui placeront,  au cœur de leurs  priorités,  les dimensions sociales pour atteindre la dignité, la justice et  la distribution équitable de la richesse ;

• L’établissement d’ une réforme profonde de l’éducation en la considérant comme  un investissement stratégique pour sauver l’école et l’université publiques en garantissant  la qualité et la gratuite ;

• L’encouragement de la recherche scientifique en lui allouant 1% du PIB  pour garantir le développement global ;

• La réduction de  l’écart entre un système  éducatif  qui va à deux vitesses et la régulation de l’enseignement privé en le contrôlant  et en limitant son avidité ;

• Le développement du marché de l’emploi  et la priorisation du secteur de l’éducation et de  la santé,  ainsi que l’adoption du service civil au sein de la fonction publique avec des incitations pour  faciliter l’accès à la formation  et l’intégration ;

• L’élaboration d’ une  politique intégrée intersectorielle pour la réhabilitation des jeunes chômeurs, en particulier dans les nouveaux métiers ;

• L’augmentation  du  niveau des pensions, des pensions des veuves et du taux de l’indemnisation sur les enfants, ainsi  que l’activation de  l’indice dynamique des  salaires ;

• La  révision de la «réforme» des systèmes de retraite et la caisse  de compensation,  avec  l’institutionnalisation du dialogue social et l’adoption d’une formule du « Forum national annuel pour le dialogue social » ;

• Mise  en place d’une charte nationale de  santé en impliquant tous les acteurs et l’élaboration d’une politique assurant la santé aux citoyens et citoyennes ;

• L’adoption  des plans de soins de santé et l’entretien des établissements  de la santé publique et ses cadres et ses employers, et  mettre en place des centres  de prise en charge des personnes âgées, des toxicomanes et des personnes  porteuses d’un handicap ;

• La prise en charge des  enfants, en particulier les enfants de la rue, et élaboration des programmes  de  réhabilitation et d’intégration ;

• L’élaboration d’ une politique globale et cohérente  pour un logement adéquat  respectant les droits humains et l’environnement et assurer des espaces de sociabilisation  et des espaces verts.

• Assurer le  transport pour soulager la souffrance quotidienne des citoyens et des citoyennes  et  le désenclavement du monde rural ;

• La promotion de  la culture rationnelle et approbation du  « Plan Maroc de la  Culture », en  lui accordant  1,5% du produit national ;

• Préparation de programmes intégrés pour la protection et la gestion de l’environnement et la préservation des ressources  minières, forestières et hydrauliques ;  

• Accorder l’intérêt  nécessaire au  secteur  des sports et œuvrer pour sa démocratisation et sa moralisation ainsi que  la création des clubs de divertissement  et Pépinières de champions marocains.


Inscrivez-vous à notre Newsletter

Inscrivez vous maintenant pour recevoir les dernières actualités de la fédération